Extension de la Maison de Retraite à Fontoy (57

Extension de la Maison de Retraite à Fontoy (57

  • En association avec BIK ARCHITECTURE à ENTZHEIM (67) – Mr Jean-Claude METZ Architecte
  • Date de livraison : juillet 2016
  • Ville : Fontoy
  • Département : Moselle (57)
  • Maitre d’ouvrage : Commune de Fontoy
  • BET Structure : LABART Yannik à Thionille
  • BET Energie : INGEDEC à Oberhausbergen
  • Economiste : BIK ARCHITECTURE à Entzheim
    Acousticien : EURO SOUND PROJECT à Eckbolsheim
  • Coût : 3 240 000 € HT (hors honoraires)
  • SHON : 1 200 m²

Le parti pris est de considérer le terrain dans sa composition naturelle et la masse que représente la surface optimale nécessaire à la construction.

Notre volonté est de faire de la topographie du site un atout majeur. Il s’agit de bénéficier des meilleures vues et ainsi de proposer des échappées visuelles vers le cœur de la ville, au dessus des flux de circulation, du bruit et des constructions avoisinantes.

Nous avons donc obtenu  un monolithe représentant théoriquement le volume idéal à bâtir. Afin de lui donner des qualités de lumière d’espace et d’usage, nous avons opéré dans ce monolithe une série de découpages pour aboutir à la volonté formelle que nous souhaitons pour ce projet.

Le premier découpage au rez-de-chaussée est une faille horizontale qui permet de dégager l’espace situé devant le pied du nouveau bâtiment en le soulignant par un socle en pierre de taille, pierre de Jaumont.

Le deuxième découpage est lié à notre décision de placer au premier étage une grande terrasse, terrasse d’hiver, surplombant d’un niveau le trottoir existant. Cette terrasse devient à souhait par l’ouverture des grands châssis coulissants une terrasse d’été protégée. Ce volume permet d’une part, d’amener en la filtrant, la lumière naturelle au cœur de l’unité de vie de cet étage et d’autre part, de créer un espace de respiration au cœur de l’édifice, invitant l’ensemble des résidents à s’engager dans ce lieu « intériorisé » non-exposé et abrité. Il offre  un ensoleillement suffisant et contrôlable, ajustable et modulable.

De la même façon l’unité Alzheimer bénéficie du même dispositif dans le grand espace de vie. Ces promontoires offrent ainsi lors des temps d’attente et de détente  une vision protégé et dégagée sur la rue. Nous avons pris la décision d’implanter l’unité Alzheimer au deuxième niveau du nouveau bâtiment compte tenu de la possibilité d’asseoir sur le terrain naturel en façade arrière le jardin thérapeutique, également protégé au calme.

Le troisième découpage correspond à l’attique et propose sur la façade arrière une grande terrasse, « terrasse d’été », en continuité directe et physique avec la nature.

Le bâtiment vient naturellement épouser le profil du terrain existant. On obtient une relation directe entre la nature et l’extension de la maison de retraite.

 

Info

  • Date : 10.08.2016